Rétrospective Pier Paolo Pasolini / Roger Corman

PIER PAOLO PASOLINI

AVT_Pier-Paolo-Pasolini_8137

Accatone

1961 vostf 1h55 35mm

accattone

Dans la banlieue romaine, Vittorio «Accatone» Cataldi, un petit souteneur, perd son gagne-pain quand Maddalena est arrêtée par la police. Il entreprend alors de séduire la pure et naïve Stella avant de l’envoyer sur le trottoir.
Accattone fait immédiatement de Pasolini un cinéaste honni : menaces d’interdiction et manifestations accompagnent sa sortie. Les images sont âpres, et la violence monte par vagues, par défis successifs. Pour se prouver qu’il existe, Accattone le marginal affronterait la terre entière, en espérant étouffer l’angoisse du mal qui le ronge.

Mamma Roma

1962 vostf 1h46 35mm

1364119126_anna_magnani3

Mamma Roma abandonne la prostitution pour devenir marchande des quatre-saisons. Elle retrouve son fils de 16 ans, qu’elle avait jusque-là fait élever à la campagne. Elle mise beaucoup sur son avenir, qu’elle souhaite bourgeois. Mais Ettore se met à fréquenter des voyous…
Putain au grand coeur, pythie rageuse, Mamma Roma est aussi une mère possessive, qui précipite involontairement le malheur de son fils en lui cachant la vérité, en refusant son mariage, en croyant de manière aveugle à un salut. Trajectoire aux accents

Œdipe Roi

1967 Vostf 1h44 35mm

edipo-re-01-g

L’oracle révèle à Oedipe son tragique destin : il doit tuer son père et épouser sa mère. Pour fuir ces prédictions, Oedipe décide de ne pas retourner dans la ville où il est né et prend la route de Béotie.
Œdipe Roi est  l’occasion pour Pasolini de s’interroger sur la liberté de l’homme face à sa destinée. Se crevant les yeux, Oedipe devient un martyr comme le deviendra Pasolini en 1975, assassiné après la sortie de son film ultime, Salo ou les 120 Journées de Sodome, revers de la Trilogie de la Vie qui le précédait. Il s’agit d’une oeuvre charnière pour mieux comprendre la personnalité profondément complexe et ambiguë de ce cinéaste.

Théorème

1968 Vostf 1h45 35mm

pasolini3

Un jeune inconnu fait irruption dans la vie d’une famille très bourgeoise résidant à Milan. Tous, à leur manière, sont fascinés par la beauté et le mystère qui se dégage de ce visiteur. La bonne, le fils, le maître de maison, son épouse et sa fille succombent tour à tour à son charme.
A la sortie du film, en 1968, Pasolini révéla la véritable identité du héros, Dieu. Sa question est simple et douloureuse : comment l’homme peut-il créer après l’oeuvre grandiose de Dieu ? Cette parabole éblouissante s’appelle Théorème.

La Trilogie de la Vie :

– Le Decameron

1971 vostf 1h52 35mm

************************
– Les Contes de Canterbury

1972 vostf 1h49 35mm

************************
– Les Milles et une Nuits

1974 vostf 2h10 35mm

decameron

Dans la “trilogie de la vie”, Pasolini livrait sa lecture de grands récits fondateurs italiens (Le Décaméron), anglais (Les Contes de Canterbury) et orientaux (Les Mille et Une Nuits).
Filmées selon son instinct d’autodidacte du cinéma, sans souci de grand style solennel, ces trois collections de courts épisodes se caractérisent avant tout par leur éclatante vitalité, voire leur paillardise, odes vibrantes au désir et au sexe vus comme le sang indispensable de la vie. Pasolini recherchait peut-être dans ces fictions anciennes une authentique présence du peuple avant que celui-ci ne soit snobé par les nouveaux cercles de pouvoir, ignoré par le devenir marchand du monde et par sa production d’images.

Salo ou les 120 journées de Sodome

1975 vostf 1h57 Num

tumblrsalooules120joursPPPasolini

En 1943, dans la république fasciste fantoche de Salò, quatre riches notables enlèvent neuf jeunes garçons et neuf jeunes filles de la région pour les emprisonner dans un somptueux palais. Dans ce décor luxueux, les adolescents seront soumis aux plaisirs de leurs geôliers, à leur jouissance sadique de pouvoir exercer une domination totale sur ces jeunes corps, de décider de leurs souffrances, de leur survie ou de leur mort…

« Essayer de traduire par écrit les ecchymoses au cœur et au cerveau produites par Salo paraît aussi dangereux que traduire en photogrammes, comme l’a fait Pasolini, l’œuvre écrite de Sade, les Cent vingt journées de Sodome. A la limite, la seule forme possible de « critique » – jamais mot n’a été aussi stupide – serait celle qui filmerait les visages des spectateurs à la sortie du film lui-même : des rictus, la cigarette salvatrice qui évite le commentaire lapidaire, les expressions d’horreur, de dégoût, les gouttelettes de sueur au front, l’envie de vomir. Dans tous les cas, un traumatisme, des milliers de fêlures qui s’enchevêtrent dans la tête, avec l’impossibilité de dire CE qui est touché, pourquoi, et par quoi ».
Robert Maggiori, 22/06/1976

***

ROGER CORMAN

roger-corman-image

Roger Corman est considéré comme l’un des papes de la série B, voire Z, américaine, et a réalisé plus d’une cinquantaine de films à budget très limité dans tous les genres imaginables. On lui doit notamment le très culte La Petite Boutique des Horreurs, l’amusant L’attaque des Crabes Géants ou l’étonnant polar Mitraillette Kelly, avec Charles Bronson. C’est aussi un producteur boulimique qui a révélé les talents, excusez du peu, de Francis Ford Coppola, Martin Scorsese, Jonathan Demme, Monte Hellman, Jonathan Kaplan, George Lucas ou encore Joe Dante.

Mitraillette Kelly

1958 vostf 1h20 35mm

mitraillette-kelly-1958-08-g

S’attelant ici au film policier teinté de noir, Roger Corman, pour son couple vedette, nous a chopé deux belles gueules du cinéma: Susan Cabot (« Kiss of Death » et « La Femme guêpe ») et Charles Bronson. Tête à tête détonnant et relations dominant-dominé sont au rendez-vous, s’égrenant sur la pellicule « pa pa poum! » à la manière d’une poignée de billets verts tombés du ciel. « D’ailleurs, Kelly, c’est c’qu’il braque, le mec, des banques à billets verts! ». Oui, Kelly est le gangster qu’il est à cause et pour les beaux yeux de sa femme -Florence-, tandis qu’elle, à son opposé, est la vicieuse féline se plaisant à le manipuler copieusement, réalisant de part ce fait son fantasme d’être l' »épouse d’un hors-la-loi ». Le « vice par amour » est donc coiffé par un Charles Bronson parfait: raté sans grande personnalité, se payant la une des journaux en tant qu’ Ennemi Public Numéro Un, il décrédibilise ainsi le personnage du Gangster traditionnel, donnant alors tout son éclat au film.

The Intruder

1962 vostf 1h24 num.

intruder

Membre d’une organisation d’extrême droite, Adam Cramer part propager ses idées réactionnaires dans une petite ville du Sud Ouest des USA…
Pierre angulaire de l’œuvre de Corman, The intruder est un film à découvrir absolument, ne serait-ce que pour la puissance implacable de sa démonstration. Par ailleurs, William Shatner dans le rôle ingrat de Cramer y démontre de solides capacités d’acteur. En tout cas, ce film fait taire les personnes qui pensent que Corman n’a réalisé que des oeuvrettes de série B ou Z. Pamphlet politico-social d’une rare acuité, The Intruder est assurément l’un des tous meilleurs films de Corman, à ranger avec Mitraillette Kelly ou Bloody Mama au rang des chefs d’œuvre incontestables de son auteur.

L’Enterré Vivant

1962 vostf 1h21 35mm

PrematureBurial5

Guy Carrell est un médecin obsédé par l’idée d’être enterré vivant comme le fut jadis son paternel.  Après avoir repoussé la date de son mariage avec Emilie Gault, il finit par capituler Le voilà un époux apparemment combler. Mais très vite sa névrose et paranoïa reprenant le dessus.
A l’écriture, on retrouve Charles Beaumont, scénariste proche de Richard Matheson, qui a notamment travaillé comme son illustre collègue sur La Quatrième Dimension ;son univers tendant au fantastique sied particulièrement à ces pièces claustrophobiques et hantées dont Corman s’est fait le spécialiste. Il réussit un film d’une profondeur rare sur une angoisse existentielle universelle, transformant en geste artistique ses limitations budgétaire, pour un résultat ténébreux et grave.

La Tombe de Ligéa

1964 Vostf 1h21 35mm

the-tomb-of-ligeia_movie-picture

Dans le petit cimetière d’une abbaye partiellement en ruines, Verden Fell enterre sa femme bien-aimée, Ligeia. Un peu plus tard, il fait la rencontre de Lady Rowena et l’épouse. Un étrange chat noir semble vouloir se mettre entre eux…
Parmi les huit films de Roger Corman adaptés (ou inspirés) d’Edgar Allan Poe, La Tombe de Ligeia est le dernier ; il est souvent considéré comme le meilleur d’entre eux. Dans la filmographie de Corman, assez inégale, il figure en tous cas parmi les plus soignés et les plus réussis. Et comme d’habitude, dans le rôle principal, ici tourmenté par le poids et l’omniprésence du passé, nous retrouvons l’incontournable Vincent Price.

Bloody Mama

1970 vostf 1h30 35mm

extrait_bloody-mama_0

Aux Etats-Unis, dans les années 30. Kate Barker – «Mama» – vit modestement avec ses quatre fils, Herman, Lloyd, Arthur et Fred. La pauvreté, chaque jour plus oppressante, conduit Kate à haïr la société et à transmettre son dégoût à ses enfants. Ceux-ci, en manque cruel de repères, se livrent aux pires horreurs …
Sacré film : la Dépression qui arrive aux E.-U., l’easy money qui hante la mentalité en même temps des Américains, une gamine violée qui enfantera plus tard des « vengeurs » – première séquence du film- et quels vengeurs !
En développant une fascination morbide pour ces anti-héros, que le spectateur suit de cloaque en cloaque et de mauvais coup en mauvais coup, sans la moindre possibilité d’échappatoire ou de rémission, Corman anticipe le nihilisme des films des années qui suivront ; on pense par exemple beaucoup à La dernière maison sur la gauche de Wes Craven (1972). Ce nihilisme et cette misanthropie latente – directement hérités des Honeymoon killers de Kastle – sont d’ailleurs encore renforcés par la vision qu’a Corman de ses contemporains, tels que ces badauds qui se réunissent pour pique-niquer devant la maison où est en train de se dérouler une fusillade mortelle entre la police et la famille Barker… Un humour très noir au service d’un film fascinant, qui traverse les décennies avec une aisance confondante.

Les Guerriers de l’An 2000 (ou 3000)

1978 vf 1h22 35mm

a

En l’an 2000 ou 3000, parmi les rescapés du cataclysme qui a dévasté la terre, une lutte sans merci est engagée. D’un côté, figurent les  » Guides « , cavaliers écologiques qui sillonnent une nature ingrate ; de l’autre, les  » Enarques « , dont le système politique de domination est étayé par la maîtrise des machines. Les épées de cristal des Guides contre les  » néantisseurs « , lasers désintégrateurs des Enarques !
Deathsport est un pur film d’exploitation, sans originalité aucune, utilisant Carradine, des gros engins de morts et des jolies amazones comme argument de vente. Tout-à-fait la philosophie de Roger Corman ; sans toutefois oublier l’aspect « resucée » d’un succès du box office. Ici, c’est dans la nuque de Star Wars que la production a enfoncée ses longues dents affûtées.  Les bruitages utilisés sont les même que ceux du film de George Lucas! Les motos font le bruit des Tie Fighters, les désintégrateurs produisent le même son que les pistolets lasers des Storm Troopers…

***

Publicités